Le pouvoir et l'autorité

Dernière mise à jour : 22 nov. 2020

Double cliquer sur le titre pour lire


Ils sont utilisés au quotidien, parfois mal aimés ou déformés. Revenons ensemble à l’essence des mots.


Voici un diptyque de mots qui chacun à sa manière déchainent les passions et font couler beaucoup d’encre. Je ne passe pas une journée d’intervention ou de formation sans qu’une question relative à l’un d’eux ne se pose.

L’autorité, le pouvoir…Comment en avoir, comment les gérer chez un supérieur, comment ne pas tomber dans les idées reçues et autres connotations péjoratives ?


Surtout, comment ne pas les confondre ?


Le mot « pouvoir » évoque irrésistiblement la sphère politique ou celle de l’entreprise. Il contient souvent une connotation d’abus ou de mépris, parfois de violence.

Pour redonner au concept un semblant d’objectivité, mieux vaut revenir au verbe « pouvoir ».

Le pouvoir c’est tout simplement ce que je « peux faire », soit que ce soit à ma portée, soit qu’il n’y ait personne pour me l’interdire.


Le pouvoir, n’est pas immoral, il est A-moral. Il ne s’oppose pas aux valeurs morales, simplement il en est dénué.

Prenons l’exemple d’un très jeune enfant qui tire les moustaches de son chat ou tire la queue de son chien. Il n’agit pas dans le but de nuire. Il agit parce qu’il peut le faire, sans autre considération de bien et de mal qu’il n’a pas encore apprises.


Voilà ce qu’est le pouvoir, c’est un potentiel brut, parfois brutal qui a besoin d’être canalisé mais aussi légitimé. Après tout, au nom de quoi torturer son animal de compagnie ?



A ce stade, c’est « l’autorité » qui rentre en jeu. Ce mot a une histoire très éclairante.

Il partage sa racine latine avec les mots « Auguste », « Augure », « Autoriser », et « Augmenté ». L’autorité nous parle de ce qui autorise le pouvoir.

Les « Augures », divinations antiques légitimaient le pouvoir par leurs prédictions comme l’église légitimera les rois de France, la « Monarchie de droit divin ». Un empereur « Auguste », est lui légitimé par le Sénat romain.


En somme, l’autorité est la force qui « Autorise » le pouvoir, et donc « Augmente » le champ d’action de celui qui le détient.

L’histoire de l’Humanité est traversée par un nombre incalculable de dirigeants qui ont tenté de s’approprier une autorité, ou qui ont cherché à s’auto légitimer.

La « Monarchie de droit divin » partage un point commun avec les livres rouges autres ouvrages idéologiques. Celui de la recherche d’une autorité supérieure qui vient légitimer le pouvoir.


Mais alors, au travail comment exercer sincèrement le pouvoir et au nom de quoi ?


Vous ne serez pas forcement suffisamment légitimé par votre hiérarchie pour « avoir de l’autorité ». Par contre, le mot « Autorité » partage également sa racine avec le mot « Auteur », ce qui nous ouvre un vaste champ des possibles.


A trop chercher à « avoir de l’autorité », on peut en oublier qu’il est tout aussi important de « faire » autorité.

Soyez exemplaire dans vos actes, vos paroles et vos intentions. Soyez des plus rigoureux dans votre domaine d’expertise. Partagez vos savoir et savoir-faire avec générosité. Soyez un décideur exigeant et un manager bienveillant. A l’inverse, admettez vos limites et reconnaissez les compétences des autres.


Ce n’est pas toujours simple, certains ont des facilités, mais ce que l’on nomme « Autorité naturelle », ne doit pas vous leurrer. Certes, le charisme est important mais il n’est rien sans travail de fond.


En bref, soyez « L’Auteur » d’une vie professionnelle exemplaire et vous serez « l’Auteur » de votre propre autorité, sans avoir besoin d’une quelconque légitimité extérieure.


Quelques soient les intrigues à l’œuvre sur votre lieu de travail, cette autorité personne ne pourra vous l’enlever. Elle vous permettra d’exercer un pouvoir éclairé, bienveillant et tourné vers l’intérêt général.



14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Double cliquer sur le titre pour lire l’article. Ils sont utilisés au quotidien, parfois mal aimés ou déformés. Revenons ensemble à l’essence des mots. « Et pourtant je lui faisais confiance… » voici