Saint-John Perse et la vision à long terme

Double cliquer sur le titre pour lire l’article


Une vie professionnelle c’est aussi des questions existentielles.

Avec Un Cadre Un Auteur, éclairons-les à la lumière de grands auteurs.



Bonjour,


Dans mon entreprise, j’aime penser à long terme, identifier les opportunités et les difficultés très à l’avance. Pourtant, je n’arrive jamais à partager ces réflexions avec ma hiérarchie. Soit on me dit que je m’inquiète inutilement, soit que je vois trop loin. C’est frustrant.

Assia


Bonjour Assia,


Effectivement, dans ces moments, il vous sera plus souvent répondu que vous allez « trop loin » que « très loin ». Vous parlez dans votre message de pensée stratégique, de construction d’une vision à long terme. En tant que cadre, vous n’êtes pas totalement légitime à intervenir sur ce terrain, apanage des dirigeants. De plus, vous apportez par vos propositions une perspective de changement, donc de remise en cause d’une organisation ou d’équilibre de forces souvent fragilisé par les aléas du quotidien.


Peut-être que l’expression de vos idées est directe et je ne peux juger de leur pertinence mais, soyez fière de votre démarche, le souci de vision à long terme est une qualité rare.

Dans son « Anabase », le poète Saint-John Perse, souvent qualifié d’hermétique, nous parle de « la terre arable du songe ». Dans un recueil complexe aux multiples niveaux de lectures, il nous engage à une aventure totale, où les parcours physique, intellectuel et spirituel du narrateur se mêlent.

L’auteur commentera ainsi son œuvre qui « transpose la naissance même de l'idée poétique et la maîtrise des poussées du songe et de l'imaginaire sous la conduite d'un poète-conquérant ».


Ce poète conquérant, c’est vous Assia. En travaillant, vous vivez le quotidien et en même temps imaginez le futur, même s’il n’est encore qu’un songe. Ne vous laissez pas abusez par ceux qui vous considèrent comme manquant de pragmatisme.

Après tout, qui qualifie Saint-John Perse d’hermétique ? Des lecteurs qui ne sont pas allé au bout de leur rencontre avec un auteur, certes exigeant mais incroyablement talentueux et généreux.


Et pourtant, cette Anabase n’est pas la première. Elle fait écho à celle de Xénophon, philosophe et historien de l’antiquité grecque. L’aventure qu’il nous raconte, c’est la retraite de dix mille mercenaires après avoir tenté de soutenir Cyrus le jeune contre son frère ainé Antaxerxès II. Il n’y a pas plus pragmatique que ce texte qui décrit précisément le périple et est régulièrement cité comme le premier traité de stratégie de l’histoire.


La réponse au supposé hermétisme de Perse était donnée dès le titre. Face à un avenir que nous ne pouvons pas prévoir, le seul pragmatisme possible est d’envisager plusieurs solutions, même si elles semblent effectivement hermétiques au premier abord.


Soignez ce premier abord Assia, interrogez-vous sur la façon dont vous amenez vos idées, acceptez qu’elles puissent inquiéter sinon déranger. En revanche ne renoncez surtout pas à votre démarche, cultivez-la et nourrissez là. Vous ne verrez jamais « trop » loin.

68 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout