Le manager, le lion et le lombric

En cas d’urgence…Double cliquez pour lire l’article…


Mes stagiaires en management me demandent souvent quel est leur animal totem. Régulièrement présente dans la littérature tout public, cette définition par une figure à plume ou à poil me laisse rêveur.

Personnellement, j'ai beaucoup de mal à comprendre ce manque de hauteur de vue dans le monde du travail. Se référer à des animaux et les imiter est un exercice que mes petites filles de vingt mois n'ont aucun mal à faire.


La plupart des managers se rêvent bien entendu en lion, pseudo symbole du courage de la noblesse et de la force.

Et après ? Vouloir à tout prix ressembler à un animal qui passe 60% de ses journées à dormir, 30% à pavaner et 10% à fricoter avec les lionnes me semble relativement peu ambitieux.

Rajoutons à cela que le lion se fait littéralement pipi dessus quand il croise un rhinocéros ou un éléphant. Décidément le roi de la jungle, qui d'ailleurs vit dans la savane, me semble un bien mauvais exemple.

A la rigueur ressembler à une lionne qui passe ses journées à chasser au sein de groupes parfaitement structurés me semblerait plus ambitieux.


Qu'à cela ne tienne, je veux bien faire plaisir à tous les managers en mal de totem et je leur en propose un…le lombric.


COMMENT CA LE LOMBRIC ???


Eh oui, le lombric est l'animal qui devrait être le seul modèle de tout manager qui se respecte !


Pourquoi donc ?

Tout simplement parce qu'il passe ses journées à travailler, parce qu'il n'a pas besoin de quoi que ce soit pour se sentir utile et reconnu.

Surtout, parce qu’il a une particularité. De tout le royaume animal, c’est en effet le seul qui se nourri d’excréments pour recracher de la terre fertile.


Sans lombrics, nous serions littéralement écrasés, envahis par un océan de déchets organiques de toutes sortes.

Transformer la merde en terrain fertile, n'est-ce pas là la mission essentielle d'un cadre ou d'un décideur ?


Dans le monde du travail, la merde arrive…tous les jours, toutes les heures, toutes les minutes, toutes les secondes. Ce n'est pas grave, « être dans la merde » fait partie intégrante de la condition humaine. La question est plutôt « Que faisons-nous de toute cette merde ? ».

Il y a toujours quelque chose à en faire…quelque chose de positif si on prend le temps de s’y intéresser. Les opportunités sont toujours plus nombreuses que nous l’imaginons.


En plus, le lombric aère le sol…

Rendre l’environnement professionnel respirable pour son équipe…ça aussi c’est une mission centrale pour un manager !


Le lombric ne s'est jamais posé de question. Il n’est peut-être pas un modèle d’intelligence mais a d'autres qualités : la ténacité, l'opiniâtreté, la modestie et surtout, le sens de l’intérêt du collectif.

Alors, amis, managers, posez-vous la question :

Êtes-vous sûrs de vouloir ressembler à un objet de fantasmes éculés dont les documentaires animaliers, nous rappellent tous les jours qu'il est survendu ?


Ou, au contraire, voulez-vous ressembler à un animal à qui l'humanité doit tout ?


Si vous cherchez des honneurs, vous n’en trouverez pas ici. Mais par contre, vous trouverez certainement un sens à votre action.

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout