Les gourous, la chouvre et Alexandre


En cas d’urgence…Double cliquez pour lire l’article…




L’autre jour, gros passage à vide, impossible de travailler…La panne sèche. Alors, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai fait ce que tout adulte responsable, sain d’esprit et émotionnellement stable aurait fait. JE SUIS ALLÉ SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX !

J’ai eu le malheur de cliquer sur la publication d’un « coach de vie », et après une heure de cyblerglande, j’ai cru devenir diabétique devant un tel déluge de sucreries :

VA AU BOUT DE TES RÊVES…NE RENONCE PAS…SOI TOI-MEME TU ES MAGNIFIQUE…NE TRANSIGE JAMAIS…VISE LA LUNE PARCE SI TU LA RATES TU TOMBERAS DANS LES ÉTOIIIIIILES !!!!!! NE JAMAIS FAIRE DE COMPROMIIIIIIS !!!!!

Les mêmes poncifs répétés en boucle avec une constance dans la naïveté qui force le respect. Moi, j’avais l’impression de regarder une intégrale des Teletubbies sous ecstasy, mais eux semblaient sérieux comme des profs d’école de commerce.

En fait, ce n’est pas si stupide. Quand on est en permanence dans le compromis, on n'avance pas. En entreprise, le compromis conduit souvent à créer des services ou des produits « moyens », qui ne seront que « moyennement » convaincants, et seront au mieux « moyens » succès.

Imaginez un éleveur qui chercherait en permanence à ménager la chèvre et le chou. Il se retrouverait vite à la tête d'un élevage de chouvres et je ne garantis pas son succès...

Les demi-décisions créent plus de problèmes qu’elles n’en règlent. Je suis d’accord avec les gourous 2.0. Le souci, c’est qu’ils laissent penser à leurs auditeurs qu’ils sont tous puissants.

Du coup, ils poussent à prendre des décisions impulsives et tranchées, ce qui n’est DEFINITVEMENT PAS une bonne idée

Prenez ce cher Alexandre le Grand par exemple. Pour beaucoup d’historiens, il N’A PAS tranché le nœud gordien. Il l’a bel et bien dénoué, patiemment, en réfléchissant. Le problème, c’est que dénouer un nœud n’est spectaculaire, et que les chaines d’information en continue de l’antiquité grecque ont préféré faire du buzz et nous laisser dans l’erreur.

Ensuite, ces bonimenteurs poussent à être « authentique » sans aucune limite, à tout s’autoriser sans jamais se poser de question…Si on les écoute, on commence par mettre de l'ananas sur sa pizza et on finit en lançant sans étude de marché une Start-up qui va soi-disant révolutionner le monde.

Celui qui est intimement persuadé que la chouvre va révolutionner l'alimentation de l'humanité, va se ruiner pour monter un élevage. Non seulement il ne réussira pas mieux que celui qui cherche le compromis, mais en plus il va foncer dans le mur sans airbag avec l'autoradio à fond !


Il faut se rendre à l’évidence, une mauvaise décision peut créer encore plus de problèmes qu’une demi-décision.

Alors, que faire ?

Faire preuve de mesure et réfléchir avant de décider… pardi ! Mais là, les « coachs de vies » sont étrangement silencieux.

Sur les réseaux, vous trouverez des outils de prise de décision, d’analyse de marché, mais ils ne vous apprendront pas à « être » mesuré, à ressentir au fond de vous la patience et la réflexion d’un Alexandre en train de défaire patiemment le nœud gordien.

Être mesuré, renoncer à se croire tout puissant et être capable de reconnaitre que l’on n’est pas toujours sur la bonne voie...surtout quand on s'imagine s'installer à la campagne pour élever des chouvres.

Alors, prenons le temps de peser le pour et le contre de chacune de vos idées, partageons-les, testons-les. Élevons deux ou trois chouvres pour constater qu’elles ne satisferont vraisemblablement ni les carnivores, ni les végétariens...Et encore moins les gourmets compulsifs prêts à payer une fortune pour une nouveauté.

Brefs, soyons nous-même mais réfléchissons quand même avant d’investir tout l’héritage de nos oncles en Amérique.

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout